LE PÉROU
TAILLÉ SUR MESURE
EN

Accueil > Géographie

| Géographie du Pérou |

Traditionnellement, le Pérou se divise en trois régions : La Côte, la Sierra (montagne) et la Selva (jungle).
Bien que cette simple division nous présente l’apparence générale de la géographie du Pérou, la réalité est beaucoup plus riche et complexe. Au Pérou, la nature semble acquérir des caractéristiques particulières qui font de ses massifs, plateaux, forêt amazonienne et vallées, des habitats uniques dans leur genre. Une extraordinaire variété d’écosystèmes abrite des espèces animles et végétales les plus diverses. Le pays est également divisé en 24 départements dont Lima est la capitale.

La Costa

Oasis HuacachinaLa côte péruvienne se présente sous la forme d’un immense désert de 3 000 km du nord au sud et d’une extension maximale de 250 km d’est en ouest. limité par les montagnes.Et c’est précisément la présence de la Cordillère des Andes à l’est, ainsi que le courant froid de Humboldt qui arrive jusqu’à ses plages, ce qui lui donnent ces caractéristiques (aride et sèche) depuis le désert de Sechura jusqu’aux pampas de Nazca et le désert d’Atacama. Bordant le Pacifique et s’élevant jusqu’à 500 mètres d’altitude, la cote est habitée autour des quelques 52 fleuves qui se jettent dans l’océan et font naitre sur leurs rives de véritables oasis cultivées. Sur la dizaine qui se jettent dans les flots froids du Pacifique, un seul est navigable, le río Tumbes, à la frontière équatorienne, tout au nord.

Il y constitue un delta inextricable de canaux et d’îles où poussent les manglares formant une foêet riche en faune aquatique.Des pluies légères sont fréquentes pendant l’hiver. Compte tenu de l’humidité de ces zones, on a une légère sensation de froid, bien que la température descende rarement au dessous de 12°C. Par contre, pendant l’été, le soleil brille intensément et la température atteint bien souvent les 30°C.Les régions centrales et sud de la côte péruvienne ont deux saisons bien marquées : la saison d’hiver entre les mois d’avril et octobre et la saison d’été entre les mois de novembre et mars. Il faut signaler que la région nord de la côte ne subit pas les effets du courant froid de Humboldt, ce qui se traduit par des températures élevées tout au long de l’année (jusqu’à 35° ;C en été) et presque 300 jours de soleil par an. La période de pluies a lieu entre les mois de novembre et mars.

La Sierra

Canyon au PérouParalléles à la côte Pacifique, les Andes, d’altitudes très différentes, composent trois chaînes montagneuses : les sierras occidentale, centrale et orientale, qui séparent le désert côtier des forêts amazoniennes. La sierra enregistre une intese activité volcanique, dont témoignent les superbes monts enneigés du Callejón de Huaykas, près de Huaraz, la vallée des Volcans près d’Arequipa, domniée par le mythique volcan Misti éternellement enneigé, et les milliers de sources thermales. Les montagnes les plus élevées se concentrent dans les Cordillères centrale et sud, avec une altitude moyenne de 5 300 mètres.

La Cordillère Blanche (département d’Ancash) compte plus de 30 sommets enneigés culminant au-dessus de 6 000 mètres, dont le majestueux Huascaran qui, avec ses 6 768 mètres, est le plus haut du pays et le deuxième plus élevé du continent, après l’Aconcagua en Argentine qui culmine à 6 959 mètres.

Autre paysage caractéristique des Andes, la puna s’étend à une altitude moyenne de 4 000 mètres. L’herbe rase et dure qui y pousse, le « ichu », nourrit les camélidés sans lesquels les Andes ne seraient pas ce qu’elles sont. La puna se rencontre essentiellement dans la région de Puno, entre les Cordillères occidentale et orientale, sur l’Altiplano que le Pérou partage, comme le lac Titicaca, avec la Bolivie.

La Selva

Amazonie du PérouCette région, très différente des précédentes, est à la fois la plus étendue et la moins peuplée du Pérou. Sa nature sauvage empêcha autrefois les Incas de la pénétrer en profondeur et de la coloniser. Avec l’arrivée des Espagnols, la jungle éveilla un certain intérêt : n’y situait-on pas le mythique El Dorado ? A la fin du XIXe siècle, la région amazonienne connut une intese activité économique, avec l’exploitation du caoutchouc jusque dans les années 1920. Aujourd’hui, la flore, la faune et le tourisme constituent les principales richesses.

 

Consulter nos idées de voyage pour découvrir ces trois régions époustouflantes !

PLUS D'INFORMATIONS

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

X.