LE PÉROU
TAILLÉ SUR MESURE
EN

Accueil > Géographie > Oiseaux

Les oiseaux au Pérou

Oiseaux incaAvec 1816 espèces d’oiseaux, plus nombreuses que toutes celles que l’on retrouve en Amérique du nord et en Europe, le Pérou est l’une des plus importantes destinations pour l’observation d’oiseaux du monde.

Sa grande diversité, qui comprend quelques 120 espèces d’oiseaux endémiques, c’est-à-dire d’oiseaux ne se retrouvant qu’au Pérou, peut être appréciée en parcourant 10 circuits qui traversent une variété de climats et d’altitudes qui vont des côtes ensoleillées à la luxuriante et énigmatique jungle amazonienne, en passant par les merveilleuses vallées andines qui ont servi de refuges à de nombreuses espèces inconnues jusqu’à tout récemment.

Parmi les circuits organisés pour l’observation d’oiseaux, le plus long est le circuit nord, qui comprend les régions de La Libertad, Lambayeque, Cajamarca, Amazonas et San Martín et qui peut être parcouru en deux ou trois semaines. Un de ses avantages est qu’il peut être entamé à partir de plusieurs villes auxquelles on peut accéder par voie aérienne, tel Cajamarca, Chiclayo, Tarapoto et Trujillo. Chiclayo, une ville en plein désert, offre au voyageur la possibilité de trouver dans ses forêts de caroubiers la rara du Pérou (Phytotoma raymondii), une espèce endémique et menacée.

Très près de là, mais en pleine Cordillère des Andes, les gorges de la chaîne de montagnes de Lambayeque nous présentent la pénélope à ailes blanches (Penelope albipennis), une espèce qui est réapparue en sol péruvien après avoir été considérée extincte une centaine d’années.

Oiseaux cockofthe rockCajamarca, une région riche en eaux thermales et qui contient d’importants vestiges archéologiques, abrite une autre espèce menacée et qui est aujourd’hui protégée par les habitants de la région, le colibri comète (Taphrolesbia griseiventris). Une des merveilles uniques du Pérou se retrouve dans les montagnes de La Libertad, où niche le rayo de sol dorsipúrpura, un des colibris qui occupe le plus petit espace du monde : toute l’espèce habite un rayon d’à peine 15 kilomètres.

Vers le nord, la région Amazonas, la porte d’entrée à l’exubérante jungle et des impressionants vestiges archéologiques de Kuélap, héberge l’une des espèces les plus spectaculaires du monde : l’incroyable loddigésie admirable (Loddigesia mirabilis), un colibri caractérisé par de grands disques qui pendent de sa queue et qui ressemblent à des insectes. Ëgalement dans la jungle des Andes se trouve la région San Martín, où vit le grisin de Parker, récemment découvert et dont le nom scientifique est Herpsilochmus Parkeri en honneur du grand ornitologue Theodor Parker III, qui a grandement contribué à la connaissance des oiseaux néotropicaux.

Dans la région San Martín, un autre colibri, l’héliange royale (Heliangelus regalis), habite l’Abra Patricia, où l’on a découvert l’une des espèces les plus énigmatiques et méconnues du monde, la chevêchette nimbée (Xenoglaux loweryi), qui n’a été observée que rarement et dont on ne connaît pas les habitudes.On suppose même qu’elle n’aurait pas la capacité de voler.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

X.