LE PÉROU
TAILLÉ SUR MESURE
EN

Accueil > Histoire

| Histoire culturelle du Pérou |

Des premiers habitants aux cultures pré-incas

 
Les Premiers habitants. Les premiers habitants sont arrivés au Pérou il y a presque 20 000 ans. Ils portaient des instruments de pierre et se consacraient à la chasse et à la récolte de fruits. Quelques-uns se sont installés à Paccaicasa (Ayacucho). Les vestiges les plus anciens d’un péruvien (7 000 ans) rendent compte d’une personne à la figure large, tête allongée et d’une taille d’environ 1,60 mètre. Les anciens péruviens ont laissé quelques vestiges d’art rupestre à Toquepala (Tacna, 7 600 avant J.-C.) et des vestiges de leurs logements à Chilca (Lima, 5 800 avant J.-C.). Le processus de domestication des plantes a permis le développement de l’agriculture et la construction de villages et de centres publics de cérémonies.
De nouvelles techniques se sont développées grâce à l’intégration d’autres cultures : textile, métallurgie, céramique ont connu des avancées spectaculaires.

Les Cultures Pré-Inca. Les cultures pré-Inca se sont développées sur la côte et la montagne péruvienne tout au long d’une période de 1 400 ans. Quelques-unes, avec leur pouvoir et leur influence, ont dominé de vastes zones de notre territoire. Au moment de leur déclin, ces cultures ont permis le développement de petits centres régionaux. Toutes ces cultures se sont caractérisées par leur très particulière céramique rituelle, par une surprenante adaptation au milieu, ainsi que par une excellente utilisation des ressources naturelles. Par la suite, la culture Inca s’est nourrie de ces vastes connaissances. La première civilisation péruvienne s’est établie à Huantar (Ancash) entre 1 200 et 200 av. J.-C. Son pouvoir, reposant sur un ordre théocratique, avait comme centre le temple de Chavín de Huantar, dont les murs et les galeries étaient recouverts d’une énorme quantité de sculptures représentant des dieux féroces aux traits félins.

La culture "Paracas" (200 av. J.-C. - 600) s’est développée sur la côte du Pérou. Elle a atteint un très grand développement en art textile.

La culture Moche s’est développée sur la côte nord (200 av. J.-C. - 600). Cette culture a rassemblé les autorités militaires des vallées côtières, telles que le Seigneur de Sipán. Les objets en céramique (poteries-portraits) de la culture Moche ainsi que son iconographie présentent une élaboration et une technique remarquables.

La culture Tiahuanaco s’est développée dans la montagne péruvienne (200 après J.-C.). Cette culture s’est installée dans la région de Collao (zone qui comprend actuellement des territoires du Chili et de la Bolivie). Cette culture a laissé aux péruviens l’héritage de la culture en terrasses -les andenes- ainsi que l’agriculture qui se sert d’étages écologiques bien différenciés.

La culture Nazca (300 av J.-C.- 900) a défié le désert côtier avec des aqueducs souterrains et nous a laissé -gravées sur le terrain- de gigantesques figures géométriques ainsi que des figures d’animaux qui semblent avoir constitué un calendrier agricole et surprennent, encore de nos jours, les chercheurs.

La culture Wari (600 après J.-C.) a introduit le modèle du patron urbain dans le territoire d’Ayacucho et a répandu son influence dans les Andes.

La culture Chimú (700 après J.-C.) a été une culture très raffinée qui a travaillé l’or et d’autres métaux précieux. Les hommes de cette culture ont construit une ville entière avec de l’argile : c’est la ville de Chan Chán qui se trouve près de Trujillo.

La culture "Chachapoyas" (800 après J.-C.) a utilisé les terrains de culture au maximum et a bâti des constructions dans le haut des montagnes au nord de la forêt amazonienne. La majesté de la ville fortifiée de Kuelap est un exemple de sa magnifique adaptation au milieu.

Les Incas

Histoire IncasLa culture Inca (1 200-1 500 après J.-C.) a été la civilisation la plus importante de l’Amérique du Sud. Son organisation économique, sa distribution de la richesse, ses manifestations artistiques et son architecture ont impressionné les premiers chroniqueurs.
Les Incas ont rendu culte à la terre (Pachamama) et au soleil (Inti). L’Inca, souverain du Tahuantinsuyo, était considéré comme un homme sacré, fils du soleil. C’est ainsi que les légendes concernant l’origine des Incas racontent que le soleil avait envoyé ses fils (Manco Cápac et Mama Ocllo ou bien les quatre frères Ayar avec leurs épouses) afin de fonder le Cusco, ville sacrée, centre du Tahuantinsuyo. L’expansion des Incas est due au fait qu’ils ont été des organisateurs extraordinaires.
L’ayllu était le noyau central, familial et territorial de la population. Bien qu’en raison du travail la population pouvait s’éloigner de l’ayllu, elle maintenait ses liens avec celui-ci. L’Inca faisait mobiliser de grands contingents de population en guise de récompense ou de châtiment. Ainsi se consolidait l’expansion, en même temps qu’ils s’enrichissaient avec les connaissances des cultures qui s’étaient développées auparavant. La panaca regroupait autour de l’Inca les membres de sa famille et leurs descendants, à l’exception de celui qui devenait un Inca, lequel, par ce fait même, constituait une autre panaca. Les chroniqueurs espagnols du XVIe siècle ont signalé qu’il s’est agi de treize souverains : depuis le légendaire Manco Cápac jusqu’au controversé Atahualpa, qui est mort pendant la conquête espagnole.
Le Tahuantinsuyo ou Empire Inca s’est développé jusqu’aux actuels territoires de la Colombie au nord, le Chili et l’ au sud et comprenait la totalité des territoires de la Bolivie et de l’Équateur. Les membres des panacas étaient des incas nobles avec le souverain à leur tête. Le pouvoir des panacas et de l’Inca est notoire dans tout le territoire du Tahuantinsuyo mais atteint toute sa splendeur dans l’architecture déployée à Cusco : le Koricancha ou Temple du Soleil, les forteresses de Ollantaytambo et Sacsayhuamán, mais surtout la citadelle de Machu Picchu.

La rencontre de Deux Mondes

Inca atahualpaLa rencontre de la culture Inca avec la culture espagnole commença avec la conquête espagnole au XVIe siècle. En 1532 les troupes de Francisco Pizarro ont capturé l’Inca Atahualpa à Cajamarca. La population a diminué pendant les premières décennies et la vice-royauté du Pérou a été créée en 1542, après un affrontement entre les conquérants et la couronne espagnole.
Le processus d’installation des espagnols s’est consolidé pendant le XVIe siècle avec le vice-roi Francisco de Toledo. Celui-ci a établi les bases de l’économie coloniale à travers ses ordonnances : le système de contrôle de la main d’œuvre indigène (mita) pour le travail dans les mines et pour la production artisanale. Ces activités, ainsi que le monopole mercantile, ont été la base de l’économie coloniale. Mais le changement de dynastie ainsi que les réformes des Bourbons pendant le XVIIe siècle ont fait surgir des mécontentements dans de nombreux secteurs sociaux. La plus importante révolte indigène a été celle de Túpac Amaru II. C’est avec cette révolte que le mouvement créole commença à se développer. Ceci a rendu possible l’indépendance hispano-américaine pendant le XIXe siècle. Jusqu’au XVIIe siècle, la vice-royauté du Pérou comprenait les territoires qui s’étendent du Panama jusqu’à la Terre de Feu. Le culte religieux catholique a fusionné avec les croyances andines. Il s’est développé un système mixte de croyances, un syncrétisme, qui a perduré jusqu’à nos jours. Avec les Espagnols, la race noire a été introduite au Pérou ; celle-ci, ajoutée aux populations indigène et espagnole, fait aussi partie du tissu social et ethnique de notre pays. Pendant le XVIe et le XVIIe siècles la production intellectuelle et l’art colonial péruvien ont fourni leurs apports à la tradition espagnole.

La naissance de l’Etat Péruvien

Drapeau du PérouL’indépendance du Pérou a été déclarée par José de San Martín en 1821, et en 1824, Simón Bolívar a mis fin aux guerres de l’indépendance. Pendant le XIXe siècle -malgré les efforts tendant à organiser la jeune république péruvienne- le Pérou a dû faire face aux dures conséquences des combats : une très forte crise économique et une domination militaire par les caudillos, qui ne laissaient presque pas de place à la possibilité d’un gouvernement civil.
Vers 1860, grâce aux ressources du guano, du coton et du sucre, il a été possible de se passer de la contribution indigène et de l’esclavage des noirs. Des chinois et des européens sont arrivés et ont élargi la main d’œuvre tout en s’intégrant à notre société. A cette période a été construit un réseau de chemin de fer. Le premier régime civil du Pérou sera organisé par le Président Manuel Pardo. Les premiers japonais sont arrivés vers la fin du XIXe siècle.
En 1879, a lieu la guerre avec le Chili. Le Pérou est vaincu et c’est la banqueroute. Après une nouvelle période de domination militaire des caudillos, les civils reviennent et c’est la période appelée « République Aristocratique ». L’économie est dominée par une élite de propriétaires terriens et un nouveau modèle exportateur s’impose, lequel -grâce au succès de l’exploitation du caoutchouc- a fait ressurgir le mythe de l’Eldorado.

Les XXe et XXIe siècles

Gouvernement PérouLes premières années du XXe siècle ont été marquées par une longue dictature civile à la tête de laquelle se trouvait Augusto B. Leguía. Avec le projet de modernisation du pays et avec la réalisation de différentes œuvres pour une « nouvelle patrie », l’Etat s’est fortement endetté et n’a pas pu faire face au krach de 1929. La production intellectuelle fut abondante pendant cette période : symbolisée par Victor Raul Haya de la Torre, fondateur du parti APRA, et José Carlos Mariátegui -créateur de la pensée socialiste péruvienne- qui a noyauté de nombreuses activités intellectuelles et artistiques du pays pendant sa courte existence. Bien que l’on ait cru que le militarisme était arrivé à sa fin après les gouvernements de Prado en 1939 et de Bustamante en 1945, celui-ci a ressurgi après le renversement de Leguía. En 1948, s’est installé un nouveau gouvernement militaire avec Manuel A. Odría à sa tête. Pendant huit ans les grandes œuvres publiques se sont entremêlées avec une très forte répression politique. Le Pérou, dans son souhait d’établir des rapports harmonieux avec les pays voisins, a pu dépasser tous les conflits territoriaux de frontières. Les conditions de navigation sur l’Amazone ont facilité des accords avec le Brésil et la délimitation des frontières entre les deux pays s’est achevée en 1909. Après une longue négociation, le traité frontalier avec la Colombie a été approuvé par le Congrès en 1927. Ce traité a octroyé aux colombiens l’accès à l’Amazone. En 1929, après les disputes territoriales avec le Chili consécutives à la guerre, de nouvelles relations ont donné lieu à la signature d’un traité par lequel la ville de Tacna est redevenue une partie du territoire péruvien.
La délimitation des frontières avec la Bolivie a été définie d’un commun accord en 1932. Finalement, en 1999, après plusieurs conflits et controverses diplomatiques avec l’Equateur, le Pérou a fait prévaloir le « Protocole de paix, amitié et limites » qui avait été signé en 1942. Ainsi, le dernier chapitre de la dispute du territoire de la cordillère du Cóndor est arrivé à sa fin et l’amitié avec l’Equateur s’est renforcée. En 1968, le président de la République Fernando Belaúnde est destitué par un coup d’état des Forces Armées. Les premières années de cette dictature militaire se sont différenciées des autres dictatures latino-américaines par leur inspiration socialiste. Le général Juan Velasco -à la tête de cette dictature- a proposé une politique d’expansion de l’État comme solution aux grands problèmes qui appauvrissaient le pays. Pour atteindre ces objectifs, la nationalisation du pétrole et des media a eu lieu et une réforme agraire a été initiée. Mais cette politique ayant échoué, Velasco a été relevé de ses fonctions par Francisco Morales Bermúdez, lequel, sous la pression de la population, a convoqué une Assemblée Constituante. En 1980, Belaunde est réélu, mais la crise vécue par les secteurs les plus appauvris du pays a donné lieu à l’apparition de deux mouvements subversifs dont la violence a ébranlé le pays pendant dix ans. Après le gouvernement d’Alan García (1985-1990), le président Alberto Fujimori, élu en 1990, ferma le Congrès en 1992 et décréta un gouvernement d’exception. Après avoir été réélu pour la deuxième fois -en 2000- la population a réclamé de nouvelles élections. Ainsi s’est établi le gouvernement de transition démocratique du président Valentín Paniagua. En juillet 2001, Alejandro Toledo Manrique est élu Président Constitutionnel de la République.

Le Sentier lumineux

Sentier lumineux PérouTriste volet de l’Histoire du Pérou, le Sentier lumineux laisse un goût d’amertume dans tous les esprits : difficile d’imaginer une vague de violence aussi importante lorsqu’on connaît la gentillesse et la tranquillité du peuple péruvien.
Jeune professeur à l’Université d’Ayacucho, Abimael Guzman est le fondateur de ce parti communiste qu’il dénomme lui-même marxiste-léniniste-maoïste et qui va plonger le pays dans plus de 10 ans de terrorisme sanguinaire : attentats à la voiture piégée, assassinats d’opposants et représentants de l’ordre, tueries d’innocents, prises d’otages, la peur s’installe sur tout le territoire que ce soit en ville ou en campagne.
Guzman se rend dans les villages reculés des Andes pour endoctriner les plus démunis et les rattacher à sa cause. Puis l’effet boule de neige se met en place et le mouvement touche les zones d’Amazonie contrôlées par les narco trafiquants.
En 1990, lorsque Alberto Fujimori, ingénieur agronome méconnu et fils d’immigrants japonais, est élu président de la république, il se donne le défi de mettre fin au terrorisme. Il fait arrêter et emprisonner les deux leaders du parti Abimael Guzmán et Víctor Polay Campos, le pays retrouve alors son calme fin 1992.
Alberto Fujimori libère ainsi le Pérou et sera réélu haut la main en 1995 avec 64% des votes.

Pedro Pablo Kuczynski est l’actuel Président Constitutionnel du Pérou.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

X.