LE PÉROU
TAILLÉ SUR MESURE
EN

Accueil > Histoire > Momies incas

Momies incas

Histoire de momiesDepuis cinq cents ans, la glace des Andes a gelé l’expression de leurs visages : trois enfants incas, momifiés par le froid à 6 700 mètres d’altitude, ont été retrouvés au début du mois d’avril. Cette triple découverte est l’oeuvre de l’archéologue étasunien Johan Reinhard, qui avait déjà rendu célèbre la momie "Juanita" il y a quatre ans. Reinhard lui-même a encore du mal à le croire.
Pendant cinq siècles, les organes internes sont restés presque intacts, à tel point qu’on a décelé des restes de sang dans le coeur et dans les poumons des cadavres. Le premier examen des momies (toujours congelées et conservées dans leur linceul à l’université argentine de Salta) a même permis d’observer un duvet hérissé sur les bras de l’un des trois enfants, probablement sacrifié au cours d’un macabre rituel religieux.
"Je n’ai jamais vu de momies aussi bien conservées", affirme Reinhard. Cet aventurier à la Indiana Jones a dû affronter les intempéries (des températures de - 25 ° ;C et des vents soufflant à 120 km/h) ainsi que les menaces des pilleurs de tombes qui sillonnent la frontière entre l’Argentine et le Chili à la recherche de trésors.

Avec l’appui de la National Geographic Society, Reinhard a déjà mis la main sur 18 momies. Il était sur le point de jeter l’éponge lorsqu’il a fait cette découverte sur les hauteurs du Llullaillaco, une montagne qui abrite désormais les fouilles archéologiques les plus hautes du monde.
"Les températures extrêmement basses et l’humidité ont fait tout le travail, explique l’archéologue. Il est probable que la congélation a eu lieu avant la déshydratation des cadavres, d’où l’excellent état de conservation des tissus.
A première vue, n’importe qui penserait qu’ils sont morts il y a quelques semaines. Les médecins n’arrivaient pas à croire que des organes comme le coeur ou les reins aient pu rester intacts." Il faudra attendre la fin des analyses pour connaître l’âge exact des momies. Mais la présence de statuettes, de céramiques et d’autres offrandes laisse supposer que les trois enfants, deux filles et un garçon âgés de 8 à 15 ans, ont été sacrifiés.
Cette découverte permettra, entre autres, de reconstituer les cérémonies de capac cocha (sacrifices humains) décrites pour la première fois par les conquistadors et remises en cause par certains experts ès civilisations précolombiennes. Selon Reinhard, tout semble indiquer que les enfants étaient prédestinés à mourir sacrifiés, sans doute d’un coup sec sur la nuque. La tête de l’une des fillettes avait été modelée en forme de pic montagneux (les Incas choisissaient en général les sommets les plus élevés pour y conduire leurs rituels). "Il est toujours temps de récrire l’Histoire et de jeter une nouvelle lumière sur le mode de vie des Incas", souligne l’expert Richard Burger, de l’université Yale.


En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation des cookies, qui nous aident à optimiser votre expérience en ligne. Pour en savoir plus, cliquez ici

X.