Itinéraires pour le Machu Picchu

Visiter le Machu Picchu donne les mêmes frissons que découvrir les pyramides d’Egypte : il faut accepter de sortir de l’univers des cartes postales, refermer la porte de son imaginaire pour ouvrir les yeux à la dimension réelle de sites mythiques… Alors que des écharpes de brume s’accrochent aux arbres exubérants qui couvrent les pics des montagnes environnantes, la cité perdue s’ouvre devant nos pieds, baignée de mystère. Puis, au fur et à mesure que les heures s’égrainent, le Machu Picchu prend des teintes chaudes et dorées.

La citadelle est considérée comme un des plus extraordinaires exemples de l’architecture paysagiste du monde. Elle comprend deux zones : une zone agricole composée principalement par des andenes ou cultures en terrasses et des enceintes pour le dépôt des aliments; et une zone urbaine dans laquelle l’on définit un domaine sacré avec des temples, des places et des mausolées royaux travaillés avec un niveau de perfection exquis. Des perrons et des canaux en pierres taillées se retrouvent dans l’ensemble de ce site archéologique unique.

Découvrez notre fiche technique pour visiter le Machu Picchu

Une grande partie de la beauté et du charme attribués à Machu Picchu se doit à son milieu naturel spectaculaire composé de forêts. Le Machu Picchu est en effet le foyer de créatures extraordinaires comme le petit coq des rochers -oiseau naturel du Pérou- et l’ours des Andes ou ucumari, le seul animal ursidé de l’Amérique du Sud. Dans cette zone trouvent refuge le cerf nain ou sachacabra (animal rare), la tanka taruka et plus de 300 espèces d’oiseaux. Sa flore est particulièrement diversifiée et très intéressante : près de 200 espèces d’orchidées ont été enregistrées dans le sanctuaire.

Pour conclure, peu importe que l’on connaisse si peu de chose sur ce « vieux sommet », habité dès le premier siècle de notre ère. S’agit-il d’une dernière cité construite par les Incas pour sauver leur culture ou la ville était-elle déjà abandonnée avant l’arrivée des Espagnols ? Une seule certitude, ce n’est qu’en 1911 que l’archéologue américain Hiram Bingham sortit le Machu Picchu de l’oubli. Moins d’un siècle plus tard, son succès pourrait bien devenir son pire ennemi. L’UNESCO s’alarme quant à la dégradation du site suite aux piétinements des milliers de visiteurs.

 

Intérêts touristiques

Intipunku ou Porte du soleil

Elle marque la fin « chemin de l’Inca« , porte d´entrée sur le site pour les randonneurs. Le complexe d’édifications de ce lieu semble avoir eu des fonctions militaires et de sécurité. En suivant le chemin partant du Machu Picchu vers le sud-ouest, à environ 2.5 km, vous trouverez l’Intipunku ou Intipuncu, signifiant « Porte du Soleil ». Il s’agirait d’un point de défense de la Citadelle, reliée à celle-ci par un « inti ñan » ou « Chemin Royal ». Vous observerez des autels aux fins liturgiques, dont les façades sont construites sur intervalles. Bingham les appelait « stations rituelles ».

 

Temple de la Lune

Depuis la place principale du Machu Picchu, une randonnée de trois heures mène a ce temple fascinant qui présente la conception religieuse des trois niveaux du monde andin : Le Hanan Pacha (Le monde au dessus de la terre), le Kay Pacha (le monde de la terre) et l’Ukju Pacha (Le monde intérieur de la terre), représentés pas le condor, le puma et le serpent.

Treks au Pérou : du Salkantay au Machu Picchu 

De nombreuses alternatives de treks existent pour ceux qui n’auront pas pu réserver leurs places pour le chemin de l’inca à l’avance. Suivez nos guides et nos conseillers pour choisir le trek le plus adapté à votre niveau. Le coup de coeur de l’agence: le trek du Salkantay !

 

Cascade de Mandor

Vous y accéderez en marchant 45 minutes le long de la ligne de train depuis Machu Picchu Pueblo. Vous arriverez au croisement des rails d’où vous observerez un petit hameau. Les habitants vous indiqueront le chemin à suivre pour arriver jusqu’aux Chutes de Mandor.