Vallée sacrée, une touche d’histoire

A une quinzaine de kilomètres à vol d’oiseau de la capitale Inca Cusco se trouve la Vallée sacrée. Son climat agréable et ses terres fertiles firent de la vallée de l’Urubamba le grenier de l’empire. Il s’agissait également d’un site stratégique, elle gardait l’entrée de la jungle.

 

La vallée représentait un haut lieu religieux puisque les prêtres et astrologues incas la considéraient comme la projection terrestre de la voie lactée, la galaxie ou l’on trouve les principales constellations incas : le lama, le condor, l’arbre… Il se dégage de cet endroit une énergie particulière, une étonnante alliance entre douceur de vivre et relief saisissant, entre un passé grandiose et imposant et un présent rural et coloré.

 

Depuis Cusco, on peut consacrer plusieurs jours à la visite des sites (Moray, Maras) et villages (Pisac, Ollantaytambo, Chinchero) qui composent la vallée. Les amateurs de randonnées et de sensations fortes trouveront laur bonheur dans cette région offrant nombre d’activités en plein air. C’est aussi l’occasion de rencontrer les habitants et de partager leur quotidien.

La vallée sacrée se termine à Ollantaytamco, mais le rio Urubamaba, lui, continue son cours vers le site emblématique du Pérou, le Machu Picchu… Une aventure à lui seul.

 

Intérêts Touristiques

 

Pisac

Pisac est connu avant tout pour ses terrasses qui suivent avec grâce l’arrondi de la montagne.  L’ascension est rude, mais vous êtes récompensés : le complexe militaire et religieux est d’une grande finesse. Pour découvrir le village moderne niché aux pieds des terrasses, empruntez le sentier qui descend les ruines.

Les Salines de Maras

Au détour d’un virage : les Salines de Maras. Plus de 4000 puits en terrasse, irrigués par une source chaude, offrent une palette de teintes du blanc au brun. Un spectacle saisissant qui existait déjà avant les Incas.

L’ensemble archéologique de Moray

Le site est connu pour son amphithéâtre enfoncé, formé par quatre terrasses ou andenes circulaires qui semblent disparaître à l’intérieur des hauts plateaux, à la façon d’un cratère artificiel. Ce lieu constituait probalblement un centre de recherche agricole inca consacré à l’expérimentation de cultures dans les différents niveaux de hauteur de ses parcelles, arrosées au moyen d’un complexe système d’irrigation qui permettait la culture de plus de 250 espèces végétales.

Ville de Calca

Située sur le flanc des monts Pitusiray et Sawasiray. On y découvre le complexe archéologique de Huchu’y Qosqo, les bains thermaux et médicinaux de Machacancha (eaux thermales sulfureuses) et de Minasmoqo (eaux gazeuses froides).

Le village de Chinchero

Perché à 3 772 mètres, on retiendra de ce village son église, construite pendant les années de la colonie, dans laquelle on peut apprécier de belles toiles de l’école cuzquénienne. Les dimanche a lieu une foire où commerçants et paysans échangent leurs produits, utilisant parfois le troc. On y trouve aussi des vestiges archéologiques importants.

La forteresse d’Ollantaytambo

Ollantaytambo se révèle être un village extraordinaire : il est seul à avoir conservé son plan d’origine. Le pavage, les rigoles d’écoulement d’eaux usées, le système de cours des maisons, tout est inchangé depuis l’époque inca. Inachevés au moment de la conquête espagnole, le temple et la forteresse d’Ollantaytambo n’en sont pas moins impressionnants par la hauteur des terrasses et par cette paroi de blocs de quelque six mètres de haut… provenant d’une carrière de l’autre côté de la vallée !

 Légende

La légende dit que l’Inca Pachacutec priva Ollanta de ses terres et de la princesse Cusi Coyllar car il désapprouvait cette union. L’amoureux contrarié se retrancha alors dans son village de la Vallée sacrée avec ses hommes. Plus tard, le nouvel inca, Tupac Yupanqui, le vainquit, mais lui rendit ses terres et rassembla les deux amants.